Les livres

L’autre guerre

PHOTOGRAPHIES ET TEXTES
MIQUEL DEWEVER-PLANA

L'autre guerre

A paraitre le 18 octobre 2012

  • Editions Le Bec en l'air
  • 15 x 20 cm
  • 304 pages
  • Couverture cartonnée
  • 135 photos en couleurs
  • ISBN 978-2-916073-92-7
  • 36 €

Contact presse

diffusion-distribution

L’autre guerre, c’est celle, non déclarée, qui au Guatemala fait aujourd’hui autant de victimes que durant le conflit armé des années 1980. Ce pays de 14 millions d’habitants est devenu l’un des plus dangereux au monde, avec 18 assassinats en moyenne par jour dont 98% classés sans suite.

Les jeunes des quartiers défavorisés rejoignent les maras, des gangs ultra-violents qui terrorisent la population. Corruption généralisée, narcotrafic, traite de personnes, trafic d’armes, alcoolisme, inceste… autant de fléaux favorisés par la pauvreté, le chômage et des familles détruites par la guerre et l’immigration.

C’est cette réalité, qui un jour pourrait devenir la nôtre, que documente le photographe Miquel Dewever-Plana depuis plus de dix ans. Avec une certitude : c’est le manque d’éducation, la fragilité des structures sociales et l’impunité qui font le lit de la violence. Son travail photographique, qui ne peut laisser indifférent, fait écho aux témoignages de tous les protagonistes de cette « autre guerre ».

Préface de Jean-François Leroy, directeur du festival Visa pour l’image de Perpignan. Postface de Geneviève Garrigos, présidente d’Amnesty International France. Miquel Dewever-Plana accompagne ses photographies de témoignages qu’il a collectés depuis 2007 au Guatemala.

Alma

Textes
Isabelle Fougère
Photographies
Miquel Dewever-Plana

Alma

A paraitre le 20 septembre 2012

  • Editions Le Bec en l'air
  • 13 x 20 cm
  • 120 pages
  • Couverture souple
  • 30 photos en couleurs
  • ISBN 978-2-916073-87-3
  • 14,90 €

Contact presse

diffusion-distribution

Très jeune, Alma a rejoint une mara, l’un de ces gangs qui ensanglantent quotidiennement la capitale du Guatemala. Dans les rues du bidonville de son enfance, elle a épousé le clan des plus forts, poussée par un élan vital qui lui soufflait que mieux valait infliger la violence que la subir. Alma a tué, participé à des viols et à des extorsions. Elle a connu les passages à tabac et la prison, est devenue femme au milieu d’un groupe de jeunes guerriers surarmés, tatouant son corps de signes indélébiles et gommant sa féminité. Quand elle a voulu quitter le gang, ses compagnons ont tenté de l’assassiner.

Alma est né du travail photographique de Miquel Dewever-Plana sur la violence au Guatemala. En écho à ses images, Isabelle Fougère donne à entendre, dans un récit polyphonique, la voix d’Alma et celles des témoins majeurs de sa vie. Son récit mêle réalisme et fiction pour souligner l’universalité du destin de la jeune femme confrontée à l’extrême brutalité d’un monde en décomposition.