Alma - hija de la violencia

205
seleccionados en la Red

  • « Ce "second écran", qui vient recouvrir le visage d'Alma, mais pas ses mots, présente un montage de séquences dans les ruelles de Guatemala City, de photos de Miquel Dewever-Plana et d'illustrations de Hugues Micol. Des images qui se mêlent à la parole d'Alma. Lorsque nous allons les chercher, parfois pour tenter de fuir son regard et tout ce qu'il raconte, nous plongeons alors plus profond dans son histoire. »

  • « Aujourd'hui Alma est repentie et essaye de vivre "normalement" mais ses actes d'une extrême violence la hante et ont de graves conséquences sur son quotidien. Je ne vous en dit pas plus car le témoignage d'Alma est chronologique et c'est intéressant de comprendre son parcours dans le temps et comment tout a commencé." »

  • « Il est utile de noter que les Maras ne sont pas d’origine guatémaltèque, mais salvadorienne, et ont « infecté » l’amérique centrale et le Sud du Mexique en moins de 15 ans, en passant par les prisons américaines. Leurs « méthodes » en viendraient presque à nous faire trouver les bons vieux cartels... civilisés. C’Est dire. Excellent boulot, saluons le courage des journalistes qui l’ont fait ! Nombre de ceux qui se sont aventurés sur les terrains des Maras n’en sont jamais revenus... »

  • « Dingue, ce qu’on peut arriver à faire faire à des gens apparemment normaux... Choquants et horrifiants, ces crimes sanglants et gratuits.. Les Mayas, ces gangs armés, qui piègent une jeunesse sans espoir (Christina L’Homme). »

  • « Ecoeurant ! J’ai abandonné après 3 minutes... Ne supporte pas ce genre de « documentaire » où le voyeurisme morbide se déguise en « œuvre arty ». Je sais, je suis un dinosaure qui ne s’adapte pas au monde moderne... Et j’en suis fier ! ! »

  • « elle a tué pour ne pas être violée. Elle a racketté, souffert, aimé, regretté. Elle a tue parce qu’elle en avait envie point final. Rien ne justifie un meurtre, ou n’importe quel autre acte répréhensible, même d’un dégrée moindre. Si elle est croyante, elle ne mérite que l’enfer. »

  • « Passionnant et bouleversant. Un complément : Échapper à la règle de la morgue »

  • « Quand je vois la force qu'ont les personnes issues de ces milieux ultra-violents, la détermination et le courage dont ils font preuve, j'ai du mal à trouver les qualificatifs justes pour apprécier les actes et les paroles des personnes politico-médiatiques des pays plus industrialisés. L'effort nécessaire pour s'en sortir dépasse de loin l'effort que nous faisons au quotidien dans nos pays dits "occidentaux".  »

  • « Témoignage poignant. A rapprocher de ce qu’on peut voir dans le documentaire de Povida « La Vida Loca ». »

  • « serait il possible de temps en temps, de donner la parole à des victimes ????? BFM, vous vous complaisez dans ce genre de "morceaux de vie" ! mais vous avez tendance à oublier les victimes dans tout ça ! Cette jeune femme est surement repentante je n'en douta pas, mais pourriez vous penser aux victimes s'il vous plait ???? »

  • « Quand j'ai entendu parler du webdocumentaire sur France Info, j'ai attendu ça toute la journée. J'ai de la famille au Mexique, pays déchiré par le narcotrafique. Alors le témoignage d'Alma sur les gangs guatémaltèques me laisse une boule au ventre. Merci pour ce documentaire incroyable. »

  • « Superbe, voilà un article utile. A signaler, le film Sin Nombre, qui semble rendre assez fidèlement compte des maras. En littérature, je n’ai côtoyé que les organisations mexicaines, comme Satan dans le désert ou encore Tijuana Straits. Dont la violence tend à se rapprocher de leurs cousines guatémaltèques d’ailleurs. »

  • « voici un web doc particulièrement bien fait autour du témoignage d'une jeune femme ex-patoja de la calle. Il y a 10 ans, je travaillais avec cette population et ça m'a renvoyée loin loin là bas. De la centaine d'ado que j'ai suivi, j'ai su deux ans après que moins de la moitié avait survécu,... »

  • « Personnage central d’un webdocumentaire réalisé par le photographe Miquel Dewever-Plana et la journaliste Isabelle Fougère, elle livre tout de sa vie de vol, de racket et de meurtre dans ce pays au 18 assassinats par jour et où 1,8 million d’armes à feu sont en circulation. »

  • « Le drame brodé par I.Fougère repose sur celui, bien réel, de la jeune femme dont M. Dewever-Plana a su capter l’intimité et les rêves détruits. Un bel ouvrage, émouvant, révoltant. »

  • « Le webdoc "Alma, une enfant de la violence" à l'honneur ce matin dans les pages de @liberation_info #alma #Guatemala »

  • « Non, nous n’allons pas vous présenter en détail le fond du propos d’Alma. Pas avant d’avoir entièrement testé l’interface, promené notre doigt (sur l’iPad) ou actionné la souris (sur l’ordi) entre les interstices des deux récits qui se répondent et s’accompagnent. L’expérience, entrevue le 24 septembre lors de la projection presse, promet une déambulation aussi sensible que le sujet du webdocumentaire est poignant. »

  • « C'est un récit détaillé et terrifiant. Face à la caméra, Alma, qui n'a pas trente ans, raconte tout, depuis le début... »

  • « #Alma Excellent web doc de Miquel Dewever Plana »

  • « "Alma", récit interactif d'une dérive meurtrière via @lemondefr RDV demain sur http://alma.arte.tv ! »