Alma - A Tale of Violence

319 messages
selected from the web

  • « Je viens de regarder ce reportage et en le partageant sur Twitter, je n'arrêtais pas de me poser cette question: cette jeune fille s'expose-t-elle à des poursuites judiciaires en témoignant sur ses crimes ouvertement? Même si ce qu'elle a fait dans ce gang est inacceptable, je ne peux que souligner son courage, celui de partager son expérience malgré les risques...  »

  • « Perturbant, ce témoignage l'est assurément, qui bouleverse presque autant qu'il horrifie, attire et révulse dans le même mouvement. Cette version télévisuelle, ultime déclinaison du projet, se révèle néanmoins plus soft et plus classique que le très percutant webdocumentaire éponyme, élaboré à partir d'une pâte filmique identique — photographie hypertravaillée et cadres serrés très soignés — mais monté différemment. »

  • « On peut découvrir ce témoignage qui nous incite à encore plus de vigilance sur les problèmes des jeunes qui se retrouvent dans la rue, sur le phénomène de bande qui se développe en France.  »

  • « La fête des morts. La période ne pouvait pas mieux tomber pour donner à voir le webdocumentaire « Alma, une enfant de la violence », réalisé par Miquel Dewever-Plana et Isabelle Fougère. (...) Une mara, on ne la quitte que les pieds devant. Sauf quand on a la force d'Alma, qui a réussi à changer de vie. Mais à quel prix. C'est ce parcours qu'elle raconte dans ce documentaire qui vous prend aux tripes. Le parcours d'un bourreau repenti.  »

  • « Sacré boulot ce webdocumentaire sur les gans du Guatemala »

  • « Une tuerie le reportage d' #arte sur Alma, une ancienne membre d'un gang au Guatemala. #2.0 »

  • « Recomendamos webdoc apabullante sobre #ALMA, una mujer ex-marera en Guatemala de Miquel Dewever e Isabelle Fougere »

  • « Avez-vous entendu parlé d’Alma ? Alma est cette jeune femme mise en scène dans le dernier webdocumentaire d’Upian en collaboration avec Arte.  »

  • « Webdocumentaire et application iPad proposent une expérience unique pour entendre cette confession : l’internaute choisit librement d’affronter le regard d’Alma, ou de découvrir les photos que son témoignage appelle, ou les dessins qu’il ont inspiré à Hugues Micol." »

  • « Avec cette production d'Upian (...), d'Arte France et de l'agence Vu, le documentaire conçu pour le web (ou plus simplement « documentaire interactif ») affine son ADN. Au placard les dispositifs complexes d'entrelacement des fils narratifs, de couches de sens à décrypter et surtout de modules cliquables (la Fête à Neu-Neu 2.0 ?). Ses auteurs, le photographe Miquel Dewever-Plana et la journaliste Isabelle Fougère, misent sur une interactivité « douce », à deux niveaux.(...) Le témoignage est vraiment exceptionnel et n'épargne aucun détail. (...) Impossible de ne pas faire le lien avec un documentaire de 2010 : El Sicario – Room 104, de Gianfranco Rosi. »

  • « Bonsoir, je viens de regarder un documentaire sur Arte TV : Ca s'appelle "Alma, une enfant de la violence". C'est un témoignage de l'intérieur sur la violence des gangs. C'est au Guatemala mais ça pourrait se passer aussi ailleurs. C'est filmé avec un canon. Ca dure 40 minutes que je n'ai pas perdues. Ce sera aussi un documentaire qu'Arte diffusera le 1er novembre (jour de la Toussaint ...). Je voulais juste vous en parler. Cordialement, »

  • « Et alors LA vidéo du dimanche, celle qu’il faut voir absolument, à condition de ne pas être trop sensible, certes, c’est Alma. Alma c’est le webdoc d’Arte qui a fait l’évènement cette semaine. Alma, c’est une jeune femme guatémaltèque qui a appartenu durant plusieurs années à un des gangs ultra violents qui font chaque jour des dizaines de victimes dans le pays. (...) C’est totalement passionnant et extrêmement bien fait. »

  • « Houchhhh... vient d'entendre et voir le témoignage d’Alma, ex-marera d’un gang du Guatemala »

  • « C’est Arte qui a mis en ligne ce document exceptionnel, et le premier portrait conçu spécifiquement pour internet. Autour de ce témoignage vient s’articuler un deuxième film, des dessins et des photos, qui défilent dans le haut de l’écran au fur et à mesure que le récit se déroule. Au-delà de l’histoire d’Alma, c’est tout le système mafieux et judiciaire du Guatemala qui apparaît dans le documentaire. A (ré)écouter, une interview de David Carzon. »

  • « Nouveau #Webdoc saisissant d' @upian à partager »

  • « Beau webdoc vraiment passionnant. »

  • « Peut importe ce que l´on puisse en penser, le témoignage de cette jeune femme trouble et bouscule, cela me rappel lorsque j´ai lu les témoignages des Génocidaires au Rwanda (je parle de la « main d´oeuvre » ), il devient en effet beaucoup plus difficile de tomber dans les raccourcis du style « ils devraient mourir » ou encore « ce sont des monstres » une fois que l´on a mit un nom et une histoire et donc un visage humain sur des actes qui nous choquent au plus profond de nous mêmes. »

  • « Etant dans l’éducation spécialisée, je crois régulièrement des enfants très violents et qui sont coupables de leurs actes. Cependant, ils sont aussi des « vraies » victimes d’une éducation qui a été défaillante dans de nombreux domaines. Ou alors, pour vous, à partir du moment où on est coupable de quoi que ce soit, on ne peut plus être victime de rien ? A moins que vous soyez adepte du fameux « quand on veut, on peut » ? Dans ce cas-là, allez dire ça à des gamins qui se sont construits dans des familles incestueuses ou dans lesquelles la violence est LE mode de communication ! »

  • « Pour le reste, ces précisions sont très utiles : je crois que nombre de lecteurs confrontés au documentaire sans préparation réagissent mal car ils ne savent pas ce que c’est que cette vie là. QUand on montre que ces mareros et mareras sont exactement comme les enfants soldats : des humains brisés et aliénés, les gens comprennent mieux le comment de ce genre de phénomène. »

  • « Si en effet on ne risque rien pénalement... pourquoi ce vide juridique,cette femme est victime et coupable et si l’on voit bien le travail de réinsertion ,on ne voit pas la peine pour les crimes commis et donc elle reste coupable. »